PROMENADE DANS LA FORET D'ESCOUBLAC : UN TEST EN CONDITIONS REELLES !

Afin de clore définitivement le sujet concernant la dangerosité réelle ou supposée d'une promenade dans le bois d'Escoublac, Chris La Baule a décidé de s'y rendre. Accompagné (pour avoir plus de chances d'en revenir vivant) et par une matinée ensoleillée (pour éviter les mauvaises rencontres inévitables a` la nuit tombée).
Allons donc voir dans ce bois touffu si le loup n'y est pas.



 A l'entrée du bois, Chris La Baule s'étonne :
" - Dis donc, c'est drolement sombre. On n'y voit rien. Tu es certain qu'on n'a pas changé de fuseau horaire ou qu'on n'est pas repassé a` l'heure d'hiver ?
- Attends un peu, tes yeux vont finir par s'habituer.
- Si tu le dis.
Ils font quelques pas qui leur semblent une éternité.
- Tu vois Chris, ce n'est pas désagréable de marcher dans les bois. Respire le bon air !
-  Pour l'instant, c'est suffocant. Cette odeur d'humus humide qui te prend a` la gorge. Et il y a aussi d'autres odeurs indéfinissables que je ne préfere pas définir.



 - Allons, allons, pas de défaitisme. C'est sympa cette promenade. En plus, on peut discuter tranquillement.
- Oui, mais si je pouvais te voir, ce serait mieux.
- Tu ne me vois pas ? 
- Non. Je t'entends mais je ne te vois pas.
- Je suis pourtant juste la`. Sur ta droite.
- Je ne te vois toujours pas. Mais continue a` me parler, ca me rassure. 



 - Ahhhhhh ! Qu'est-ce que c'est ?
- Qu'est-ce qu'il t'arrive Chris ?
- J'ai marché dans un truc mou.
- Un truc mou ?
- Oui. Mou et gluant.
- Surement des champignons.
- Des champignons qui sentent la merde ?
- Tu sens une mauvaise odeur ?
- Ah oui ! Mes chaussures sentent la merde. Et pas qu'un peu !
- Tu as marché dans de la crotte de cheval, c'est tout.
- Parce que les chevaux viennent ici aussi ?
- Oui, c'est un de leurs lieux de promenade favoris.
- Mais ils sont partout, c'est pas possible !
- Partout ?
- Oui. Dans ce bois, dans les rues, sur la plage, dans nos assiettes. On est envahi par le cheval. Et surtout par le crottin.



 - Tu n'as pas tort. Mais ce crottin de cheval accroché a` tes chaussures n'est rien comparé au plaisir de cheminer dans ce bois féérique.
- Certainement, mais j'aimerais bien l'enlever. As-tu une lampe de poche que je puisse voir un peu mes chaussures ?
- Non. Désolé, j'ai oublié d'en prendre une.
- Tu veux dire que tu m'as entrainé dans ce bois sans lampe de poche et sans équipement de survie ?
- Allons, ne dramatise pas. On est encore vivant.
- Oui, mais pour combien de temps encore ?
- Je ne sais pas. Cela va dépendre.
- Dépendre de quoi ?



 - Du temps que vont mettre les secours pour nous retrouver."



NB : suite a` cette expérience, nous pensons que l'éclairage du bois d'Escoublac est insuffisant. De nouveaux lampadaires avec leds automatisées nous semblent indispensables.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?