RETRAITES PAUVRES A LA BAULE : TROP SOUVENT VICTIMES D'ABUS !



C'est une histoire ordinaire. Mais pas unique. Une histoire d'abus de faiblesse sur une personne âgée, délit pourtant séverement puni par la loi. Mais qui s'en préoccupe ?
Avant de vous narrer cette triste histoire qui met en cause une agence immobiliere bauloise, précisons qu'il existe de nombreux professionnels consciencieux qui font leur travail correctement sur La Baule. Heureusement. Pour en connaitre quelques-uns, sachez qu'ils reprennent parfois les articles de La Vie La Baule concernant le marché de l'immobilier local : ils n'ont rien a` cacher et leurs méthodes de vente sont claires.

C'est donc l'histoire d'une dame aux revenus modestes qui veut mettre en vente son petit appartement (un T2 de 45 m2). Son frere est décédé il y a 4 mois et elle ne peut plus compter sur la retraite de celui-ci pour équilibrer son mince budget. Elle est épuisée par les nombreux mois ou` elle s'est dévouée en tant que soeur et garde-malade. Elle ne se plaint pas. C'est la vie.




Pour mettre en vente son petit appartement, elle fait appel au syndic de sa résidence qui est aussi agent immobilier. L'enseigne est connue et le réseau dont fait partie l'agence est un des plus puissants de France. De quoi avoir confiance. Normalement.
Passons sur les débuts de la mise en vente et sur la technique trop courante qui consiste a` surestimer le prix du bien. Peu ou pas de visites. Le vendeur est inquiet et accepte sans broncher au bout de 3 mois une baisse substantielle du prix de vente de son bien.
Les visites reprennent. Des investisseurs se montrent intéressés. Et finalement, un acheteur se décide. La vente est faite. Ouf !
Le prix de vente n'est pas mirobolant pour un T2 bien placé : 110 000 euros. Mais c'est la crise ma bonne dame !
Et puis, cette dame de 76 ans a besoin de cet argent pour vivre. Non pas pour racheter un appartement (la somme de la vente ne lui permettrait pas d'acheter autre chose qu'un studio) mais pour louer un appartement, pour manger et pour payer ses charges (puisqu'elle n'a plus que sa petite retraite depuis la mort de son frere).



 Et c'est au moment d'encaisser le montant de la vente de son appartement que cette dame âgée a un choc : il lui manque quasiment 10 000 euros sur le prix de la vente.
Comment cela se fait-il ?

Elle s'en explique a` Chris La Baule :
"- Quand j'ai vu qu'il me manquait presque 10 000 euros, j'ai failli m'évanouir. C'est une somme.
- Que voulez-vous dire exactement ?
- Eh bien, ils m'ont eue avec leurs histoires de prix "net vendeur", d'honoraires "inclus". Je n'ai rien compris. J'ai signé le mandat de vente sans comprendre véritablement les conséquences financieres de mon engagement.
- Certes. Mais ils ne vous ont pas forcée a` signer ?
- Non, mais ils ne m'ont rien expliqué du tout. Et ils m'ont laissé croire que je recevrai environ 110 000 euros pour la vente de mon appartement. Aujourd'hui, je n'ai touché que 100 300 euros. Ils m'ont pris 9700 euros d'honoraires.
- 9700 euros ?
- Oui. C'est normal, vous trouvez ?
- Vous avez signé l'accord avec l'agence. Ils diront que vous étiez d'accord et que vous connaissiez la portée de vos engagements. Par contre, 9700 euros de commission pour un bien mis en vente 110 000 euros, c'est énorme ! C'est quasiment du 9 % de commission. L'usage pour un bien comme votre appartement, c'est plutôt du 6 ou 7 % de commission. Et encore, cela se négocie.



REVE VIRTUEL

 - Ils m'ont bien eue, n'est-ce pas ?"
Que lui répondre pour ne pas l'accabler ? 
Elle croyait recevoir 110 000 euros. Elle touchera 9700 euros de moins. Qui s'en soucie ?
Elle ne contestera pas. Elle ne portera pas plainte. Elle ne fera pas d'histoires. Ce sont d'ailleurs les personnes les plus faciles a` arnaquer : celles qui ne font jamais d'histoires. Et les professionnels de l'embrouille savent les reconnaître. Et en profiter.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?