CONCESSION DE LA PLAGE DE LA BAULE : ON N'Y COMPREND RIEN MAIS C'EST PEUT-ETRE FAIT EXPRES ?



Plus on nous explique, moins on comprend. Il faut dire qu'entre la désinformation des professionnels de la plage et l'obscurité des informations officielles, on n'est pas aidé.
S'il y a une chose que l'on comprend bien par contre, c'est que les professionnels de la plage veulent payer le moins possible (que la concession soit publique ou privée).



 Avant l'été, on nous expliquait qu'un nouveau concessionnaire privé avait été désigné et que les prix des concessions allaient se voir multiplier par 3. Désinformation.
Aucun nouveau concessionnaire privé n'a encore été définitivement désigné. Donc, pour l'instant, rien ne change. Pas la peine de hurler et de pleurnicher pour rien.
Quant aux prix soi-disant multipliés par 3, c'est de l'intox. Aucun nouveau concessionnaire ne ferait cela. Cela ne serait pas accepté d'ailleurs.




 "Si les prix des concessions augmentent trop, des chaines nationales de restauration vont venir s'installer et ce sera la fin des restaurants indépendants." 
On se demande pourquoi les grandes chaines nationales de restauration ne sont pas venues avant. On ne voit pas pourquoi elles attendraient que les prix augmentent. Mais cet argument bidon nous apprend au moins une chose : actuellement, les prix des concessions doivent etre raisonnables, voire pas chers du tout. Et les professionnels n'ont pas l'air de se plaindre des prix actuels.
D'ailleurs, avez-vous déja` entendu parler d'un club de plage ou d'un restaurant de plage qui aurait fait faillite ? Pour notre part, on n'en a jamais entendu parler...



Source : Revue Capital

Ce qui nous a le plus surpris, c'est que certains professionnels de la plage de La Baule, que l'on croyait libéraux dans leurs idées et indépendants financierement, sont communistes. Oui, communistes ! Ils veulent que la plage soit administrée par la ville ou par l'état. Comme les kolkhozes en URSS. Ils sont contre une concession privée. Pour une concession publique.

Il faut l'entendre pour le croire. Mais l'on pense que leur communisme affiché est une posture. Leur vraie devise est : "Privatisation des profits et socialisation des pertes". Traduction : "A moi les profits, a` la commune (ou a` l'Etat) les contraintes et les emmerdements". L'égoisme corporatif est a` son apogée avec cette histoire de concession de plage de La Baule.


 La presse locale est totalement perdue. Un jour, elle donne la parole aux professionnels de la plage, se fait manipuler, ce qui provoque le courroux des autorités et de la ville de La Baule qui conteste et demande un droit de réponse. Droit de réponse qu'elle obtient et qui permet de rétablir la vérité. Vérité tellement compliquée législativement qu'on n'y comprend rien non plus.




 Enfin si, on a au moins compris deux ou trois trucs.
 1) les concessions de plage actuellement sont si avantageuses financierement que les professionnels sont inquiets de toute modification et risque d'augmentation qui pourraient rogner leurs marges.
2) l'opération de communication-manipulation des professionnels de la plage a réussi partiellement. Au moins dans l'esprit de quelques touristes (pas des Baulois qui connaissent un peu le sujet) : ces touristes s'émeuvent d'une éventuelle hypothétique prochaine disparition des restaurants sur la plage de La Baule (??) et contestent. Ils contestent mais sans savoir qui et quoi contester : l'Etat ? la municipalité de La Baule ? la loi de 2006 sur le littoral votée par la droite ? les futurs concessionnaires privés dont on ignore le nom ?



Un beau blanc d'oeuf bien carré !

Certains contestent l'application de la loi. Voila` autre chose ! Les Francais trouvent que l'on n'applique pas assez les lois en France, que la justice est trop cool et, quand il y a une loi qui concerne les plages, il faudrait ne pas l'appliquer. Faudrait 
savoir !

Evidemment, toutes ces histoires de concessions de plage n'agitent les neurones que de ceux qui vont manger dans les restaurants de plage. A La Vie La Baule, nous faisons comme 90 % des Baulois : nous n'allons jamais manger dans les restaurants de plage.

C'est dire si ces histoires de concessions pour professionnels de la plage au bord de la ruine, cela nous passe au-dessus !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?