JOURNEES DU PATRIMOINE A LA BAULE : LES VISITES INSOLITES

Les Journées du Patrimoine a` La Baule font pitié a` voir. Pour faire les malins avec des voitures anciennes ou avec du théâtre de vaudeville, il y a toujours quelqu'un a` La Baule. Mais lorsqu'il est question de Patrimoine, ca rigole nettement moins. 
Le programme officiel ferait presque pleurer : un musée (moderne), des vitraux (modernes) et un sculpteur (contemporain). On ne voit MEME PAS le rapport avec le mot "patrimoine". Quand on n'a rien a` proposer, on ne met pas n'importe quoi. Quand on n'a rien a` dire, on se tait.
LVLB a retrouvé quelques idées de visites qui, si elles ne témoignent pas d'un patrimoine vraiment ancien, sont au moins pas trop récentes et moins risibles que le programme officiel.



 L'ancien métro qui reliait Guérande au Pouliguen en passant sous les Marais salants. Abandonné. Trop cher a` entretenir.



 Les ruines de l'abbaye du Prieuré de Sion (qui eut une dépendance au Guézy de 1267 a` 1398).



 Les vestiges de l'ancienne usine Ford, la seule entreprise qui fut tolérée a` La Baule en 150 ans d'existence. Les Baulois achetant de plus en plus de BMW et de Ferrari, l'usine ferma.



 Bien indiquées dans le bois d'Escoublac,



 les ruines du château des Ducs d'Escoublac. Il fut abandonné pour une raison simple : il y avait tellement de cavaliers et de crottin de cheval dans le bois que les Ducs ne pouvaient plus sortir de chez eux sans marcher dans la crotte. Ils ont préféré déménager.



 A noter qu'Esplanade Benoît les habitants firent front devant le crottin de cheval malgré les arguments désespérés (et désespérants) des cavaliers :
- 1er argument : les cavaliers traiterent les habitants du quartier Benoît d'intégristes écologistes car l'interdiction des chevaux plage Benoît était dans le but de préserver la ressource des coques. Mais la ressource est préservée pour que des professionnels (et non pas des écologistes) puissent ensuite piller la ressource par centaines de kilos. Argument donc un peu foireux.
- 2eme argument : faire fuir les cavaliers, c'est perdre des touristes qui ont de l'argent et faire perdre beaucoup d'argent a` La Baule.
Comme il y a environ (en comptant large) 1 % de cavaliers parmi les habitants de La Baule et les résidents secondaires, si l'interdiction des chevaux plage Benoît a découragé 20 % des cavaliers de venir désormais a` La Baule, cela fait 0,2 % (20 % de 1 %) de personnes en moins pour consommer sur La Baule. Impressionnant comme argument !



 L'ancienne salle de spectacles romaine : Atlantius. Ruines encore bien visibles dans le quartier des Salines.




La centrale nucléaire désaffectée du Beslon. Facile a` trouver : vous cherchez la construction la plus moche. C'est la` !




Enfin, le Musée d'Art Contemporain de La Baule ouvre ses portes ce week-end. A défaut de patrimoine, on peut toujours aller voir des chefs d'oeuvre.

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?