ZORRO, LE JUSTICIER DES CAVALIERS DE LA BAULE (une interview exclusive de Chris La Baule avec Zorro)

Il nous a donné rendez-vous plage Benoît. Il nous a dit : "Venez a` cheval, sinon pas d'interview !".
Donc, on a cherché un cheval qui accepte qu'on lui monte dessus sans bouger. On n'a pas trouvé.



 Enfin, si, mais il semble un peu bas. Qu'importe, c'est un cheval. Nous galopons voir Zorro.



 Il nous attend sur son fier destrier. Fier comme d'habitude d'ailleurs.
" Ola Senor Zorro. Comment allez-vous ?
- Prosterne-toi devant ton Seigneur, vilain, et demande pardon pour tes fautes !
(ca commence bien...)
- Mais votre Altesse le Grand Justicier des cavaliers spoliés de La Baule, je devais simplement vous  interviewer.
- Certes mon ami, mais ainsi tu t'habitues a` te prosterner pour quand je serai Maire de La Baule.
- Vous voulez devenir Maire de La Baule ?
- Que oui, manant. La Baule m'appelle, La Baule me supplie, La Baule a besoin d'un maître tel que moi.
- Vous avez déja` un programme ?
- Oui. Le voici : "L'environnement, ca commence a` bien faire !"
- Mais c'est une citation de Nicolas Sarkozy ! Vous avez copié.
- Je suis sarkozyste. Tu l'ignorais, manant ?
- Non. Tout le monde le sait a` La Baule.
- Ou plutôt, c'est l'inverse mon ami. C'est Sarkozy qui est zorroiste.



 - Donc, Nicolas Sarkozy votera pour vous ?
- Oui. Et j'anéantirai tous les écologistes de La Baule.
- Il n'y en a pas beaucoup !
- Il y en a trop. Ceux qui ont voté en Conseil Municipal cette loi scélérate qui bannit les chevaux de la plage Benoît l'été par exemple.
- Mais la majorité municipale est tout sauf écologiste ! Vous ne pouvez pas les accuser de faire le jeu des écologistes. Et puis, votre métier de justicier, c'est de faire respecter la loi. Pas de la contester ni de la violer.
- Je m'en fiche. Je suis au-dessus des lois avec mon cheval.
- Ah bon, vous aussi ?
- Les lois, c'est pour les pauvres. Pas pour les Seigneurs ! Mais je compte sur mes alliés politiques de La Baule.
- Ceux qui sont sarkozystes ?
- Oui. Et ceux qui ont un point commun avec moi.
- Lequel ?
- Celui d'avoir été banni de nos terres dans notre enfance.
- Vous avez vu le jour en Algérie Francaise ?
- Mieux que cela !
- A Casablanca ?
- Non.
- A Madagascar ?
- Non plus. Vous confondez avec mes amis sarkozystes de La Baule qui sont nés comme moi a` l'étranger. Moi, je suis né sur la terre du Christ.
- Ah oui ! 
- Oui. Et je suis le descendant du Christ, le fils de Marie-Madeleine réfugié en France. Dan Brown raconte tout dans le Da Vinci Code.
- C'était vous ?
- Oui."



 Soudain, Bernardo nous interrompt et glisse un mot a` l'oreille de son Seigneur et Maître. Cela nous semble étrange car nous croyions que Bernardo était muet.



 Ne voulant pas nous immiscer dans une conversation de sourds-muets, nous attendons un peu a` l'écart.



 Zorro revient vers nous. Il semble énervé.
" Ah, les gueux, les gueux. Ils vont me le payer. Et moi, quand je dis qu'on va payer, on paie.
- De qui parlez-vous ?
- De mes anciens amis sarkozystes. Je viens d'apprendre qu'ils viennent de me trahir. Ils vont voter pour Alain Juppé aux primaires des Républicains. Ils ne veulent pas se fâcher avec le Maire de La Baule.
- C'est pas grave. Vous avez le temps d'avoir de nouveaux soutiens d'ici les élections municipales de 2020 a` La Baule.
- Oui, mais ils vont dévoiler mes plans et mon programme a` mes adversaires.
- Par exemple ?
- Je compte rétablir le droit de cuissage Esplanade Benoît. Les cavaliers en rut auront le droit d'enlever de belles touristes sur leur destrier puis de les monter. Je compte rétablir aussi les anciens droits de passage.
- ??
- Tous les cavaliers auront le droit de pénétrer dans les propriétés privées avec leurs chevaux, dans les jardins. Ils pourront défoncer les clôtures, traverser les maisons. Comme les Seigneurs d'autrefois. Car nous sommes des Seigneurs, nous, les cavaliers.
- Calmez-vous Senor Zorro, vous parlez trop fort. Des gens nous écoutent.
- Et alors ? Il faudra bien qu'ils s'habituent au timbre élevé de leur futur Seigneur, le fils du Christ, Don Diego...
- De La Vega ?
- Non. Je suis Don Diego de La Playa. Don Diego de la Vega, c'était grand-papa. Lui aussi était un mal-aimé.



 - Car vous etes mal-aimé ?
- Oui. Je suis le mal-aimé. Pourquoi pensez-vous que Claude Francois m'ait écrit une chanson ?
- Je ne sais pas.
- Parce qu'il avait pitié de ma souffrance. Etre exclu de la plage Benoît lorsqu'on est le fils du Christ, c'est insupportable. Mais ils vont me le payer"
Décidément, Don Diego de La Playa ne songe qu'a` faire payer tout le monde.
" - Senor Zorro, qu'allez-vous faire dans l'immédiat ?
- Comme tous les ans, moi le justicier qui fait respecter la loi, je vais aller avec mon cheval et mon chien sur la plage aux jours et heures interdites car je suis au-dessus des lois.
- Vous avez aussi un chien ?"
Trop tard. Don Diego de La Playa lance son cheval a` toute allure pour écraser le plus de coques possible plage Benoît.



 L'environnement, ca commence a` bien faire !





 NB : toute ressemblance avec des personnages existants serait une coincidence tellement incroyable qu'elle ne pourrait que se révéler fortuite. Nous ne révélerons jamais le véritable nom de Zorro. Car nous connaissons son nom...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?