LA VICTOIRE DE FRANCOIS FILLON AUX PRIMAIRES ÉTAIT PEUT-ETRE PRÉVISIBLE (SANS SONDAGES) !

Les Francais votent rarement par adhésion. Ils votent plutôt par élimination. Ils votent rarement pour le meilleur (au cas ou` il en existerait un). Ils votent pour "le moins pire". Ils votent pour le moins risqué. Ils votent pour le plus consensuel. Ils votent pour le plus sympathique. En fait, cela dépend du contexte.
Mais on peut se demander si le vote pour Francois Fillon est réellement un vote d'adhésion ou le résultat d'un vote par élimination.




Jean-Frédéric Poisson, l'homme-surprise de ces primaires, peu connu du grand public, avait peu de chances de faire l'unanimité. Donc, éliminé sans surprise.



Jean-Francois Copé est un peu le mal-aimé des Francais. 80 % environ des Francais n'ont pas une bonne opinion de lui ou ne souhaitent pas le voir jouer un rôle important dans la politique nationale (droite et gauche confondues). Ce pourcentage est stable depuis de nombreuses années. Ajoutons a` cela son élection contestée (par Francois Fillon) aux commandes de l'UMP en 2012 plus sa rivalité avec Nicolas Sarkozy au sujet de l'affaire Bygmalion et son image est encore un peu plus brouillée. Bien que, lors des débats télévisés de la primaire, les Francais l'aient découvert dynamique et plein d'humour. Pas suffisant. Eliminé.



 NKM : jeune, moderne, inventive, elle présentait un programme un peu plus innovant que celui de ses concurrents. Mais si elle est bien connue a` Paris, elle souffre d'un déficit d'image dans le reste de la France. De plus, l'électorat de droite (plutôt conservateur) voudrait-il d'une femme président de la République ? Eliminée elle aussi.



 Bruno Lemaire : le 3eme homme de la campagne, encensé par les médias, le "Kennedy" francais a fait "pschittt" (comme disait Chirac). Malgré une campagne sur le terrain active, il n'a pas convaincu : trop jeune, trop "transparent", pas assez "clivé", pas assez connu et reconnu ? Eliminé avec des scores bien inférieurs a` ceux prévus par les sondeurs et autres voyants.



 Nicolas Sarkozy avait pris le commandement de l'UMP-Les Républicains parce qu'il savait qu'un noyau dur et stable de militants attendaient son retour et voteraient pour lui. Il comptait sur eux pour lui faire gagner la primaire. Mais ses fideles soutiens ne furent pas suffisants pour faire oublier son quinquennat, sa promesse de ne pas se représenter pour la présidence de la République et un climat étouffant lié aux "affaires" le concernant.
Sous-estimant un rejet de sa personne MEME parmi Les Républicains, il fut victime de nombreux votes du premier tour de la primaire qui visaient a` l'éliminer du second tour. Le fameux TSS : Tout Sauf Sarkozy. 
Eliminé lui aussi du second tour de la primaire.



 Eliminé ou pas du second tour, Nicolas Sarkozy était donné perdant depuis plus d'un par les sondeurs face au grand favori Alain Juppé. Le résultat du duel Alain Juppé-Nicolas Sarkozy était connu des Francais depuis longtemps : Alain Juppé vainqueur.
Et si Alain Juppé avait été au second tour en face d'un autre concurrent ? Il aurait gagné encore plus facilement puisque son concurrent le plus dangereux était Nicolas Sarkozy et que, face a` lui, il gagnait haut la main.
Sauf que c'est exactement le contraire qui s'est produit.



 Francois Fillon, le 4eme homme que les sondages créditaient d'intentions de vote en-dessous de celles de Bruno Lemaire ou, au mieux, d'intentions de vote équivalentes (autour de 11 %), a déjoué toutes les prévisions des analystes politiques et des sondeurs.
Pourtant, il a été pendant 5 ans le Premier Ministre de Nicolas Sarkozy (et a donc cautionné sa politique). Il ne passe pas son temps devant les caméras de télévision et les médias ont peu parlé de lui pendant la campagne des primaires. Quant a` son programme pour 2017, il promet "des larmes et de la sueur".
Comment Francois Fillon a-t-il pu passer de 11 % d'intentions de vote théoriques au premier tour de la primaire a` 45 % de votes réels en sa faveur ? Comment a-t-il pu écraser Juppé le favori avec un 66 % contre 34 % au second tour ?




Qu'est-ce qui a séduit les électeurs aussi fortement pour propulser Fillon si haut si vite ? 
Son programme ? Il n'attire pas la bonne humeur. Et puis, qui l'a vraiment lu en entier ?
Sa performance au débat entre les deux tours de la primaire ? Un peu certainement, mais on a connu par le passé un Chirac meilleur que Mitterrand en 1988 lors des débats. Ce qui n'avait pas eu beaucoup d'influence sur les électeurs (Mitterrand réélu).
Une attirance irrésistible et soudaine pour Francois Fillon ? Un coup de foudre qui arrive enfin ?
Plus simplement, Francois Fillon a bénéficé lui aussi d'un vote par élimination en sa faveur.



 Reprenons rapidement la logique d'élimination des électeurs pour le duel annoncé Juppé-Sarkozy. Nous avons explicité les raisons de l'élimination de Nicolas Sarkozy. Et le vote pour Alain Juppé n'était PEUT-ETRE pas en ce cas un vote d'adhésion mais un vote de rejet de N. Sarkozy.
Restent Alain Juppé et Francois Fillon. Alain Juppé est confiant. Victorieux sur N. Sarkozy, il ne va faire qu'une bouchée de Francois Fillon. Bien que ce dernier bénéficie d'une confortable avance. Mais les électeurs vont se ressaisir.
Mais pas du tout ! Les électeurs élisent Francois Fillon. 
Par adhésion ? Ce n'est pas certain.
Par rejet d'Alain Juppé ? C'est possible. Les ennuis judiciaires passés d'Alain Juppé ne semblent pas l'avoir handicapé durant la campagne lorsqu'il était donné favori face a` ...... Nicolas Sarkozy. Mais face a` Francois Fillon qui n'a jamais eu affaire avec la justice pour quoi que ce soit, cela a pu jouer.
Mais ce qui a joué et ce dont aucun commentateur n'a parlé, c'est l'âge. Face a` Nicolas Sarkozy, l'âge d'Alain Juppé ne fut pas un critere (le plus important était de mettre hors-jeu N. Sarkozy). Mais face a` Francois Fillon (de 10 ans son cadet), l'âge d'Alain Juppé est devenu un handicap.
Les électeurs ont préféré Francois Fillon.
Par adhésion ? Non, puisque Juppé était le favori.
Une fois de plus, par élimination.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?