LES EMPLOIS FICTIFS SUR LA PRESQU'ÎLE GUÉRANDAISE




Les emplois fictifs sont certainement LA solution au chômage. Bizarrement, cela ne figure dans le programme d'aucun candidat a` la présidentielle 2017.
Pourtant, l'emploi fictif est bien une réalité. Au niveau national. Et au niveau local.
Mais comment reconnaître un emploi fictif ? La technique est on ne peut plus simple : celui (ou celle, car les femmes y ont aussi droit) qui bénéficie d'un emploi fictif est payé a` ne rien faire.
Il peut faire semblant de travailler. Mais ce n'est pas obligé.
L'important est que les documents officiels soient en regle : contrats de travail, application de la législation en vigueur, etc...
Il existe deux sortes d'emplois fictifs :
- l'emploi fictif dans le privé (peu intéressant car payer quelqu'un a` ne rien faire entame les bénéfices de l'entreprise. Sauf dans les grandes entreprises ou` l'emploi fictif existe : on le nomme "placard doré").
- l'emploi fictif dans le public. C'est le plus intéressant car l'employeur ne paie pas de sa poche. Il paie l'emploi public avec de l'argent public, avec l'argent des contribuables, l'argent des citoyens.



 Pour ne pas se faire gauler avec un emploi fictif payé par de l'argent public, il faut que le salarié fictif fasse un peu semblant de travailler : rapports, présence sur le lieu de travail, notes, etc... Ce n'est pas compliqué de faire des rapports bidons et de venir de temps en temps faire semblant de travailler. Ceux qui se font gauler ne sont vraiment pas malins.
La question maintenant : "Y a-t-il des emplois fictifs sur la Presqu'île Guérandaise ?"
La réponse est : "Oui, bien entendu."
A La Vie La Baule, nous connaissons de nombreuses personnes qui sont payées avec de l'argent public et qui ne travaillent pas. Ou dont le travail est loin d'etre évident.
A noter que certains (et certaines) avaient été embauchés au départ dans un "vrai" emploi mais que, par la suite, ils ont refusé de travailler. On ne les a pas virés et leur emploi est donc devenu un emploi fictif.





Une précision avant d'aller plus loin : lorsqu'un pauvre qui ne travaille pas touche un peu d'argent public (allocations), c'est un assisté. Lorsqu'un riche touche beaucoup d'argent public dans un emploi fictif, on appelle cela un "assistant". Mais tous les riches qui vivent de l'assistanat ne sont pas assistants. Pas d'amalgame !





L'emploi fictif est un faux emploi de complaisance.
L'emploi de complaisance est un vrai emploi. Celui qui l'occupe travaille vraiment mais :
- il a été pistonné pour l'obtenir.
- ou on lui a créé un emploi sur mesure. L'emploi sur mesure est une création de poste pour occuper quelqu'un qui nous a été chaudement recommandé. 
Parmi les postes les plus recherchés : achats transversaux et position de travail horizontale, sous-sous directeur de la division des études de marchés a` l'international, assistant-chef de la communication du comité d'entreprise et superviseur des pauses café, etc...





Mais certains veinards sont des cumulards : ils occupent un emploi de complaisance fictif. C'est l'idéal !
On a créé pour eux un poste ou` ils ne mettent jamais les pieds. Un poste qui n'existait pas auparavant. Mais qui existe dorénavant. Pour rien. Puisque celui qui l'occupe ne travaille pas.
Mais le plus important est qu'il est QUAND MEME payé.


Quels sont les risques encourus si un emploi fictif arrive aux oreilles de la justice ?
Franchement, il y a peu de risques. Selon vos désirs, la justice fera traîner l'affaire ou au contraire, si cela vous arrange, fera avancer rapidement l'affaire.
Les condamnations ? Ridicules et insignifiantes. Moins graves en tout cas que pour un SDF qui vole un paquet de pâtes (2 mois de prison ferme).
Le plus souvent, non-lieu ou classement de l'affaire. Peine de prison avec sursis. Aucune peine si on rembourse.
Et avec un peu de chance, dispense de peine et non-inscription de la condamnation sur le casier judiciaire.
Comme on le voit, l'emploi fictif est l'emploi de demain. Un emploi d'avenir.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?