LA BAULE ET LA CÔTE D'AMOUR : LE MARCHÉ IMMOBILIER 2017

"Ah, la mer que l'on voit danser le long des golfes clairs !" 
Sur la Côte d'Amour, point de golfe mais une baie, celle de La Baule. Autant le golfe le plus proche est sauvage (Golfe du Morbihan), autant la baie de La Baule est apprivoisée : une plage de 7 kms de long bordée d'immeubles et de quelques rares maisons, survivantes d'une époque révolue.
Le marché immobilier en 2017 n'a pas retrouvé le dynamisme du début des années 2000 mais se targue de revenir a` l'équilibre entre l'offre et la demande. Avec une demande un peu plus forte que l'offre.
Quant aux prix, une approche superficielle pourrait laisser croire qu'ils se sont stabilisés. Ou qu'ils seraient en (faible) augmentation. Les cotes des prix de l'immobilier généralistes sur la Côte d'Amour donnent cet effet de perspective un peu trompeur.



 En fait, nous sommes passés au sur-mesure, voire a` la haute couture. Un bien mal placé avec des travaux a` prévoir, loin de la mer dans un environnement bruyant ne se vendra qu'a` la condition d'un (grand) sacrifice sur le prix. Un bien en parfait état dans un quartier haut de gamme en front de mer et proche des commerces se vendra a` des prix stratosphériques.
Il n'y a pas de prix moyens au m2. Il n'y a pas de prix moyen pour une maison ou un appartement.
L'acheteur est redevenu roi. Payer cher, soit ! Mais de la qualité, du luxe, du sans défaut, du plaisir.



 Cela étant dit, il y a quelques constantes qui restent valables :
- la proximité de la mer : le front de mer se négocie cher.
- la seconde ligne : sans vue sur mer mais a` moins d'1 km du rivage. Les prix baissent notablement.
- l'appellation sans la saveur : habiter La Baule, certes, mais a` Escoublac. Habiter Piriac mais a` Saint Sébastien. 
- enfin, la campagne : Saint André-des-Eaux, La Madeleine-de-Guérande : on peut encore y faire de bonnes affaires. Mais le budget déplacement (essence) sera important sur le long terme. Loin de tout et proche de rien.



Penthouse exceptionnel en baie de La Baule.

Les micro-marchés sont des éléments majeurs dont il faut tenir compte dans un marché balnéo-touristique.
Exemple a` La Baule :
- jusqu'a` 12 000 euros le m2 esplanade Benoît.
- 7500 euros le m2 face mer a` La Baule-les-Pins et 4500 euros 500 m a` l'intérieur des terres.
Pornichet, qui se partage la baie avec La Baule est réputée plus accessible. Effet d'optique généraliste trompeur :
- Pornichet-centre est relativement abordable.
- le front de mer se négocie quasiment au niveau de celui de La Baule.
- mais la vue sur mer sans rue devant a` Bonne Source ou a` Sainte Marguerite fait s'envoler les prix.
Répétons-le : il n'y a pas de prix moyen. Sauf sur un micro-marché. Et encore ! Comment comparer le prix au m2 d'une villa basque, d'une maison des années 80 et d'un appartement des années 60 situés AU MEME ENDROIT ?
Impossible. Sauf au prix de contorsions acrobatiques et peu sérieuses.



 Certaines villes de caractere ont de plus des particularités : un centre historique par exemple. Ou un environnement spécifique.
C'est le cas de Guérande et sa cité intra-muros. C'est aussi le cas du Croisic ou de Piriac.
Et Le Pouliguen alors ?
Le Pouliguen (ville avec petit port anciennement rattachée a` Batz-sur-Mer) pourrait se prévaloir d'un charme particulier lié a` son histoire. Ce charme existe incontestablement mais est obéré par des défauts rédhibitoires : un centre-ville sombre, toujours encombré et bruyant. Un plan de circulation difficile voire parfois incohérent. A part la pointe de Penchâteau et la Côte sauvage ou` les biens a` vendre sont rares (et chers), seuls des lotissements bien placés (pas trop loin de la mer) continuent de bénéficier d'un réel engouement.



 Et qui profite de ce (léger) désamour ? Sa voisine, Batz-sur-Mer, dont les prix de l'immobilier tendent a` dépasser ceux du Pouliguen. La proximité conjointe de la Côte sauvage et des Marais salants rend Batz-sur-Mer de plus en plus attractive. Les prix s'en ressentent. D'autant plus que la presqu'île du Croisic souffre d'un encombrement routier en haute saison et d'un (relatif) isolement en basse saison qui renforcent l'attrait pour Batz-sur-Mer.



 En traversant les Marais salants vers l'Ouest, on arrive a` La Turballe, ville aux prix raisonnables et au dynamisme immobilier toujours constant.
En conclusion, le marché immobilier sur la Côte d'Amour est favorable aux biens en bon état, bien situés et possédant des atouts spécifiques. Ceux-ci se vendront un bon prix.
Les biens mal placés, nécessitant des travaux et/ou des rafraichissements importants, mal entretenus ou trop anciens ne se vendront qu'a` la condition de gros sacrifices sur le prix. Ou ne se vendront pas du tout !
Mais si on accepte de nombreux défauts et un emplacement isolé, on peut faire de bonnes affaires : en Briere par exemple.
Car chaque investissement immobilier est avant tout un choix de vie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?