LA VIE QUOTIDIENNE A LA BAULE (SECONDE PARTIE)

Grâce au premier article, vous savez un peu mieux ce qui vous attend si vous décidiez un jour de venir vivre toute l'année a` La Baule. Mais il ne serait pas correct de rester dans le vague et au-dessus des vagues et de ne pas rentrer dans le détail des réjouissances bauloises quotidiennes.

 A La Baule, le danger ne vient pas des étrangers ou des migrants mais des voisins.





 A La Baule, on lit beaucoup. Et vite !



 A La Baule, on fait du sport. Sauf en chambre (l'âge des participants étant un handicap).




 A La Baule, on est accueillant. Les familles se retrouvent chaque été.




 A La Baule, on reste zen en toutes circonstances.




 A La Baule, on ne travaille plus depuis longtemps. A quoi bon !




 La vie associative bauloise est riche en découvertes.

 

 A La Baule, l'érotisme est torride. Surtout les jours de canicule...
 

 La Baule, ce n'est pas grand. Les MEMES personnes se rencontrent aux MEMES coins de rues a` la MEME heure chaque jour toute l'année. A La Baule, les réceptions et les invitations sont mutuelles : les couples échangent, s'échangent, partout et partouze.




 A La Baule, on ne se lasse pas du spectacle de la mer.





A La Baule comme en Suisse, le petit commerce financier survit face aux multinationales de la finance.




 Et si on a de l'argent, on n'en parle jamais. Pour ne pas attirer les jaloux.





La Baule est peuplée de grands-parents. Peu de parents survivent a` La Baule.





Toute l'année, de nombreuses expositions de grande valeur ont lieu chapelle Saint Anne (place Leclerc).




 La Baule n'oublie jamais son passé et ses années glorieuses (entre 1921 et 1923).





La Baule est une ville de traditions.





 A suivre...









 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?