CONCESSION DE LA PLAGE DE LA BAULE ET CONTESTATION DES PROFESSIONNELS : UN PROBLEME SANS FIN ET UNE FAUSSE SOLUTION

Alors qu'a` Pornichet tout se passe bien (installation de structures démontables pour les restaurants et clubs de plage conformément a` la loi), La Baule se distingue une fois de plus. Et pas dans le meilleur sens du terme.
Rappelons brievement les derniers développements de cette triste histoire :
- la ville de La Baule se désengage totalement de la gestion de la plage.
- un appel d'offres est lancé et la société Veolia obtient la concession.
- les professionnels (restaurateurs et clubs de plage ou de voile) de la plage contestent cette attribution.
- les recours juridiques sont épuisés et Veolia est conforté dans son rôle de concessionnaire.
- alors, une campagne nationale (et locale) de presse se déchaîne, parlant d'une prochaine privatisation de la plage de La Baule (impossible puisque la plage ressort du domaine public), d'une augmentation vertigineuse des tarifs (en fait, un simple réajustement par rapport aux tarifs plutôt avantageux pratiqués auparavant) et de l'hostilité des Baulois a` ce projet de concession privée (alors qu'aucun Baulois mis a` part les professionnels de la plage n'a été interrogé).

Dernier rebondissement : la municipalité de La Baule, qui s'était désengagée et qui avait affirmé que c'était définitif, revient en proposant la création d'une SEML (Société d'économie mixte locale).
Pourquoi cette reculade ? A cause des articles de presse qui font des vagues. A cause de la pression médiatique.





Résultat : on n'y comprend plus rien du tout. Mais alors, plus rien du tout.
Ou plutôt si ! Que ca part dans tous les sens.
Pendant ce temps, a` Pornichet, la saison 2017 se prépare dans la sérénité, professionnels de la plage et municipalité ayant géré l'application de la loi (le fameux "décret-plage" datant de 2006 et décidé par la droite).


Mais un autre sujet d'inquiétude apparaît a` l'horizon : dans un article de Ouest-France, le maire de La Baule propose la création d'une SEML. Mais les modalités de cette possible création ne sont pas rassurantes pour le portefeuille des Baulois.

Voyons l'article du journal pour les explications générales :






L'annonce de la privatisation de la plage de la Baule a causé un vif émoi.
PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MaxPPP

Face au tollé provoqué par l'annonce de la concession de la plage de La Baule à Veolia, le maire de la station balnéaire propose de créer une société d'économie mixte.

Le maire de La Baule est revenu en arrière après la réprobation suscitée par l'annonce de la privatisation de la plage station balnéaire. Mercredi, il a proposé de créer une société d'économie mixte, une solution accueillie favorablement par le groupe Veolia.

Le lancement, en avril, par Veolia de la procédure d'appels d'offres pour l'exploitation de 35 établissements de plage a provoqué la colère et l'inquiétude des professionnels, qui dénoncent une "privatisation" de cette bande de plage de 5,4 km, dont la concession a été confiée par l'Etat en décembre 2016 pour 12 ans au géant de l'eau et des déchets.

"L'inquiétude des professionnels est compréhensible"

Les exploitants des clubs, écoles de voile et restaurants de plage redoutent une augmentation de la surface des établissements imposée par l'appel d'offres et une hausse de la redevance annuelle, qui s'ajoute aux frais de démontage des structures, en application du décret Plage de 2006.
"L'inquiétude des professionnels est compréhensible, elle s'ajoute à celle de la ville car personne n'a intérêt à fragiliser encore plus le tissu économique de la commune et donc celui de la plage, un des atouts majeurs de la notoriété touristique de La Baule", souligne dans un communiqué le maire (LR) de la station balnéaire, Yves Métaireau.
"Dans un esprit d'apaisement et de conciliation nécessaire aujourd'hui, la ville proposera à Veolia de constituer une Société d'économie mixte locale (SEML) qui pourrait venir se substituer à la société filiale de Veolia pour cette délégation" provisoire de service public pour la gestion de la plage accordée par l'Etat, poursuit l'élu.





Jusqu'ici, tout va bien. Ce sont les lignes suivantes qui sont plus inquiétantes :

Une délégation provisoire de service public

Ce partenariat permettrait à la ville de "concourir aux dépenses de gestion, aux investissements et de limiter raisonnablement les hausses de redevances des exploitants, tout en recherchant l'équilibre économique et en réservant à Veolia une part d'activité dans laquelle elle souhaite s'investir", ajoute-t-il.


Traduction : ce partenariat (la SEML) verra la ville dépenser de l'argent (du contribuable baulois) pour la gestion et les investissements concernant la plage de La Baule. Cela limitera les hausses de redevance des professionnels de la plage (les exploitants). Il y aura recherche de l'équilibre économique (ne pas dépenser trop d'argent) tout en permettant a` Veolia de gagner de l'argent (autrement, on ne voit pas pourquoi un concessionnaire privé irait dans une activité ou` il ne gagnerait pas d'argent).

Autre traduction : les professionnels de la plage veulent gagner le plus d'argent possible en payant les redevances les plus faibles possibles pour l'utilisation de la plage dans leur activité. Comme ce n'est pas possible (Veolia doit quand meme gagner sa vie en tant que concessionnaire), c'est l'argent public de la ville de La Baule qui permettra de résoudre l'impossible équation. 



 Si quelqu'un a une autre traduction du passage de l'article, nous sommes preneurs.

Et toujours pendant ce temps, les structures démontables se montent pour la saison a` Pornichet. Certains les trouvent moches. Elles sont en tout cas moins moches que les toitures et les arrieres de certains restaurants sur la plage de La Baule...

Commentaires

  1. Vous écrivez des bêtises ; Justement c'est le contribuable qui paie pour tout ce qui est public au travers de ces impôts : Mairie, collectivité, région, taxes etc .... nos impôts ça sert à ça !
    Pourquoi est ce que les commerçants de la plage devraient payer les frais liés à l'entretien des toilettes publiques, accès à la plage, ramassage des algues vertes etc ..... ; la partie publique c'est le rôle de l'état et c'est 80% de la plage !
    La Mairie a toujours payé pour ça, ça ne serait donc pas une nouveauté pour le contribuable qui utilise l'espace public qu'il continue à payer !
    Vous écrivez des bêtises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et dire que la plage va etre privatisée, ce ne sont pas des BETISES ? Oui, la Mairie a payé avant pour l'entretien de la plage mais, maintenant, c'est une concession, un contrat avec un opérateur privé, contrat qui a été déclaré juridiquement viable. Les commercants de la plage se débrouillent donc avec le concessionnaire et le contribuable baulois n'a rien a` voir ni a` payer dans cette histoire.

      Supprimer
    2. En tout cas, merci pour votre commentaire qui n'est pas anonyme.
      Un restaurateur situé sur la plage et proche de l'avenue de Gaulle nous a envoyé anonymement sur le blog le commentaire suivant concernant l'article ci-dessus :"Un tissu d'âneries".
      Comment pouvons-nous savoir qui c'est puisqu'il est anonyme ? Parce qu'il a mis LE MEME commentaire sous l'article sur une page Facebook. Pas malin pour un écrivain restaurateur âne-onyme

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?