LES PHRASES CULTES DES BAULOIS


A La Baule, il y a une devise officielle : "Labor sol et mare fulgeant in unum". Ce qui signifie : "Travail, soleil et mer brillent ensemble". M'ouais, admettons.
Mais il y a aussi des devises officieuses que les Baulois s'échangent sous le manteau (de vison).




Une devise bauloise qui s'applique a` de nombreux domaines : ne pas penser a` la déclaration annuelle d'ISF, ne pas penser au temps qui passe, ne pas penser que Francois Fillon a été éliminé du second tour de la présidentielle. Une devise qui demande du courage et de la ténacité pour l'appliquer tous les jours.




A La Baule, on ne prévient jamais. Sauf lorsqu'il est trop tard.




 A La Baule, on est tolérant. On accepte les personnes qui votent a` droite comme celles qui votent a` droite. On aime les gens bronzés l'été et aussi ceux qui sont bronzés en plein hiver.



 Dans une ville de retraités, cette devise est souvent mise en oeuvre. Et avec bonheur !



 Mais au bout de quoi ? Peu s'en souviennent de nos jours...



 Surtout a` l'heure de la sieste (entre 12 h 30 et 16 h 30).



 Une devise énigmatique de prime abord mais qui se comprend mieux avec une population parfois victime de troubles de mémoire, de troubles d'orientation, de troubles visuels et auditifs.
 

 Heureusement, deux mois par an, les vacanciers viennent troubler le sommeil des Baulois avec le cri joyeux de leurs enfants. Ces vacanciers n'ont pas de devise particuliere mais une idole :



 le cheval !




 Evidemment, seuls 0,97 % des Baulois ont un cheval mais c'est cet animal qui les hante, jour et nuit.

 Sur ces bonnes paroles, bon week-end (pour ceux dont le candidat ou la candidate sera élu(e) dimanche soir 7 mai). Pour les autres, venez vivre et dormir a` La Baule pendant 5 ans. Vous ne verrez rien de changé.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?