SÉCURITÉ ROUTIERE, PONTS DANGEREUX ET ROUTES MAL ENTRETENUES : LE GRAND FOUTAGE DE GUEULE !

Alors que le viaduc de Gênes en Italie vient de s'effondrer, alors que l'on apprend qu'il existe 840 ponts en France susceptibles de s'écrouler, alors que l'on sait que les routes en France sont de plus en plus mal entretenues, pendant les vacances 2018, c'est l'automobiliste que l'on a verbalisé. Pour son bien. Ben voyons !
Car le délinquant, ce n'est pas celui qui n'entretient pas les routes ni les ponts. Le délinquant en France, c'est celui qui roule a` 86 km/h au lieu de 80 km/h.
La Sécurité Routière et ses campagnes de prévention...




culpabilisantes et moralisatrices, c'est du grand foutage de gueule. Il ne peut pas y avoir de moins en moins d'accidents dans un pays ou` il y a de plus en plus de véhicules sur les routes provenant de tous les pays d'Europe (et d'ailleurs). Sauf a` généraliser la limitation a` 30 km/h  sur les autoroutes.

Bien entendu, l'automobiliste-contribuable n'est pas dupe : il sait que les contrôles routiers ont pour but principal non pas sa sécurité mais faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'Etat.
Quant aux plus dangereux sur la route, ils sont moins contrôlés que les moins dangereux : cet été a montré une fois de plus que ce sont les poids lourds qui causent les accidents les plus graves et les accidents avec le plus de morts. Poids lourds enflammés, poids lourds se retournant sur les autoroutes, poids lourds en constants dépassements de limitations de vitesse.
Et qui contrôle-t-on en priorité ? Les voitures !



 Un automobiliste effectuant par exemple un dépassement dangereux peut se voir poursuivre pour "mise en danger de la vie d'autrui". Et quand nos gouvernants (nationaux et locaux) n'entretiennent pas les ponts ni les routes, ce n'est pas une mise en danger de la vie d'autrui ? Evidemment, aucun juge ni procureur ne s'avisera de poursuivre l'Etat pour les fautes graves qu'il commet (les juges sont nommés par le pouvoir). C'est tellement plus facile de coincer un automobiliste sans défense. 




Et un automobiliste convoqué au tribunal pour un petit délit routier sera traité comme un délinquant, voire comme un futur criminel : "Monsieur, vous rouliez a` 63 km/h en ville au lieu de 50. Et si un enfant avait traversé ? Vous rendez-vous compte de la gravité et des conséquences potentielles de votre acte ?"

Car, de nos jours, ce n'est plus le curé qui fait la morale, c'est le juge. Beaucoup de contrevenants qui passent au Tribunal sont surpris qu'on leur parle plus d'éducation civique que de droit. Il est vrai que dans de nombreux tribunaux le droit est appliqué a` la tête du client : selon que le prévenu est riche ou pauvre, qu'il est connu ou pas, a un bon avocat, un avocat peu connu, un avocat commis d'office ou pas d'avocat du tout, la sanction sera différente (voir les affaires Cahuzac et Lagarde par exemple). Si l'on est riche et connu, on peut se voir reconnu coupable mais dispensé de peine. Si l'on est pauvre et inconnu, on prend le maximum.






Le juge utilisera les preuves qui l'intéressent et pas les autres, utilisera les articles du Code Civil ou du Code Pénal qui l'arrangent et pas les autres, ira chercher des articles du Code (Civil par exemple) pour s'opposer aux demandes du prévenu et fera parfois semblant de considérer une procédure comme valable alors qu'elle est entâchée d'irrégularités voire de nullité. Ou il substituera une autre procédure de son invention pour faire condamner malgré tout une personne qu'il désire faire condamner (nous disposons de nombreux exemples argumentés dans nos archives).
Seuls ceux qui ne sont jamais passés devant un Tribunal en France (même pour une broutille) croient naivement que la justice est juste et respecte la loi, le droit. Il y a tellement de lois qui s'empilent en France que le juge en trouvera toujours une pour l'utiliser contre vous.





 Evidemment, il n'est pas conseillé de répondre a` un juge surtout lorsqu'on est convoqué pour une infraction. Mais avec le foutage de gueule actuel de la Sécurité Routière qui ne veut voir (comme les juges) que ce qui l'arrange, on peut envisager actuellement des réponses qui sont tout sauf ridicules :

1) "Monsieur le Juge, comment expliquez-vous que dans les pays d'Europe ou` l'on roule le plus vite sans respecter les limitations de vitesse il y a moins d'accidents (par rapport au nombre d'habitants) qu'en France ? Y aurait-il un lien avec le fait que dans ces pays les routes sont mieux entretenues qu'en France ?"

2) "Monsieur le Juge, si le pont de Saint Nazaire qui date de 1975 s'écroulait brusquement a` une heure de pointe, y aurait-il moins d'enfants tués si les voitures précipitées dans la Loire respectaient la limitation a` 70 km/h sur le pont ?"

Ou encore :
"Est-il plus dangereux de tomber d'un pont mal entretenu par l'Etat a` 80 km/h ou a` 90 km/h ?" 



 On le voit (une fois de plus), la chasse aux automobilistes (prioritaire sur la chasse aux terroristes puisque les forces de police présentes le long des routes ne sont pas disponibles pour surveiller les fichés "S") n'a aucune justification autre qu'économique (faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'Etat).



Sauf ceux qui sont irresponsables !

Il reste néanmoins un espoir pour les automobilistes : poursuivre en justice ceux qui entretiennent l'insécurité routière et qui mettent en danger la vie de leurs concitoyens :
- ceux qui ne réparent pas les routes.
- ceux qui ne réparent pas les ponts.
- les Maires qui installent des chicanes dangereuses (voitures et camions se retrouvant face-a`-face).
- les Maires qui installent des ralentisseurs non conformes (trop hauts).
- Les Maires qui n'entretiennent pas les rues de leur ville.

Allez, hop, au Tribunal : mise en danger de la vie d'autrui ! Il n'y a pas de raison pour que ce soit toujours les mêmes qui payent !




Parce que, le discours "responsables mais jamais coupables", depuis l'affaire du sang contaminé, ça commence a` bien faire !









NB : les campagnes de la Sécurité Routière parlent de la vitesse excessive, du portable au volant, du respect des feux et des stop, du port de la ceinture de sécurité, de l'alcool au volant et de sa dangerosité (incontestable, évidemment) mais JAMAIS de l'état des routes, des ponts ou de la dangerosité de certains aménagements installés en dépit du bon sens par des municipalités (giratoires, chicanes, ralentisseurs, etc...) 
Aucune campagne non plus en direction des chauffeurs routiers et des poids lourds qui pourtant causent les accidents les plus graves.
Pourquoi ce parti pris contre les conducteurs de voitures uniquement et jamais contre d'autres responsables de la mortalité routière ?







PS : un exemple récent concernant la dangerosité des conducteurs de poids lourds :

Aisne : le chauffeur du camion qui a percuté le car d’une colonie de vacances regardait son portable.
 Sept enfants ont été blessés dans la collision qui s’est produite jeudi soir.

— 







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LES SIGNALEMENTS ABUSIFS SUR FACEBOOK : UNE VÉRITABLE ÉPIDÉMIE !

MON POISSON TOUT JUSTE ACHETÉ SENT L'AMMONIAC : C'EST GRAVE DOCTEUR ?

LA BAULE : 10 CHEVAUX SUR LA PLAGE = 200 CHIENS !