UN HUISSIER UN PEU TROP PRESSÉ !

Voici une histoire vraie, une histoire d'huissier. Une histoire hilarante qui en dit long. Histoire drôle sauf pour le locataire. Enfin, pas drôle au début mais vraiment hilarante a` la fin. D'accord, on rit un peu jaune mais on rit. Et vous allez rire.
Il était une fois un huissier sur la Presqu'île Guérandaise. Un huissier trop pressé. Un huissier qui officie entre Saint Nazaire et La Baule (pour que personne ne se sente trop visé).

Il faut dire que les huissiers sont souvent pressés. Entre les actes concernant les particuliers, les administrations, les actes de justice (significations de jugements par exemple), les constats, leur présence requise parfois en première instance ou en cour d'appel, ils sont souvent débordés. Lorsque c'est la justice qui fait appel a` leurs services, ils font attention. Lorsque c'est un particulier, un peu moins parfois. Et lorsque c'est un "copain" ou une "copine" (avocat, notaire ou autre huissier) qui leur transmet un dossier, ils font confiance. Ils n'épluchent pas le dossier. Ils foncent. Et parfois, ils vont droit dans le mur. 
Lorsque nous disons "copains/copines", ce n'est pas péjoratif, c'est un fait avéré. Au Tribunal de Saint Nazaire, par exemple, on organise des reconstitutions de procès du temps jadis en se déguisant lorsqu'on a un peu de temps libre dans la semaine pour amuser le public avec des avocats, des huissiers et des juges :


Saint-Nazaire Justice au temps jadis

0 06.10.2018 18:43




Magistrats, greffiers, avocats et huissier ont joué le jeu en costumes d’époque. PO-F. LB









Des professionnels du droit qui se transforment en acteurs amateurs l’espace d’un après-midi. Deux procès fictifs de la fin du XIXe siècle étaient joués au tribunal jeudi après-midi dans la salle d’audience du tribunal de grande instance pleine à craquer.
Plus d'infos dans Presse Océan de ce dimanche 7 octobre 2018.






Nous disions donc que, comme les huissiers n'ont pas souvent le temps de tout vérifier, ils foncent. Sans trop se poser de questions.
Ainsi, il était une fois un huissier de la Presqu'île Guérandaise qui décide d'envoyer un commandement de payer a` un locataire présumé mauvais payeur. Le locataire a saisi un peu auparavant une association de consommateurs car l'appartement qu'on lui a loué depuis 3 mois est quasiment inhabitable. Pour cause de rénovation totale des balcons et des façades, il doit vivre volets baissés pendant toute la journée : karchers, produits chimiques décapants, pas question d'ouvrir les baies vitrées ni les volets. Ce locataire veut assigner ce propriétaire indélicat en justice (car le propriétaire savait qu'il y aurait de longs travaux de rénovation et l'a caché au nouveau locataire) mais l'huissier frappe avant a` sa porte en réclamant les loyers de retard au nom du propriétaire.
Jusqu'ici, rien a` redire.
C'est maintenant que vous allez rire : les propriétaires de l'appartement n'étaient pas propriétaires de l'appartement !




 Quoi ? Mais c'est pas possible ! Puisque l'huissier est venu au nom des propriétaires.
Bah oui, mais les propriétaires ne sont pas du tout les véritables propriétaires de l'appartement. C'est la soeur du couple qui se prétend propriétaire qui, elle, est la véritable propriétaire de l'appartement.
Mais alors, les faux propriétaires ont fait signer un faux bail a` un vrai locataire ? Oui.
Et l'huissier dans tout cela : comment a-t-il pu se présenter au nom de faux propriétaires ? Tout simplement parce qu'il n'a rien vérifié du tout, il n'a pas pris le temps de vérifier les fondements juridiques du dossier. Il a foncé. Trop vite.
Le locataire, ayant désormais la preuve de l'arnaque, demande a` l'huissier de transmettre le dossier au Tribunal de Saint Nazaire. Pas de réponse (l'huissier n'a pas trop envie que cette piteuse affaire soit révélée au grand jour).
Alors, le locataire prend son téléphone et appelle le cabinet de l'huissier qui lui répond : "Bon, ça va, vous n'allez pas en faire toute une histoire" puis lui raccroche au nez. Bel exemple de professionnalisme.



Une petite erreur d'appréciation !

 
L'affaire en restera la`. Mais, a` propos, c'était quoi le fond de l'affaire de ces faux propriétaires ?
Eh bien, la soeur, la vraie propriétaire, avait déja` de nombreux appartements en location et ne voulait pas trop faire augmenter ses revenus imposables. Elle avait donc chargé son frère (qui avait moins de revenus) de louer cet appartement en son nom. Comme s'il était le vrai propriétaire. Et bien entendu, le frère et sa femme encaissaient les vrais loyers des locataires successifs de l'appartement.
Sans les déclarer. Depuis plus de 12 ans.

On résume : un huissier de la Presqu'île Guérandaise demande de l'argent a` un locataire qui a un faux bail rédigé par de faux propriétaires. Est-il légal de demander des sommes d'argent sur la base de faux ? Non.
Cela n'a pas empêché l'huissier de continuer d'exercer sa profession en toute tranquillité. Enfin, pas au début, car le locataire escroqué est allé voir un(e) avocat(e) de La Baule qui a appelé l'huissier pour lui demander "c'est quoi ce bazar ?"
Mais ensuite, l'huissier a pu avoir de nouveau des nuits paisibles. Des nuits paisibles comme seul un vrai professionnel peut en avoir.





Et juste maintenant, on entend la petite voix sournoise d'un de nos lecteurs préférés qui demande : "Et l'huissier, vous êtes sûrs que c'était un vrai huissier ?"


Pfffff ! Allez savoir....












Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

MON POISSON TOUT JUSTE ACHETÉ SENT L'AMMONIAC : C'EST GRAVE DOCTEUR ?

LA BAULE : 10 CHEVAUX SUR LA PLAGE = 200 CHIENS !

PLAN DE CIRCULATION A LA BAULE PENDANT LE TOUR DE FRANCE : TOUS LES DÉTAILS !