MALADIE D'ALZHEIMER : CERTAINES PERSONNES SAVENT ENCORE BIEN DISTINGUER VOTRE ARGENT DE LEUR ARGENT !

On vous avait déja` parlé de cette terrible maladie qu'est la maladie d'Alzheimer, maladie qui officiellement préoccupe tout le monde mais dont en pratique on s'occupe peu. Ou alors, lorsqu'il est trop tard. Vraiment trop tard.
Et pour étayer nos propos, nous avions pris un exemple vécu : notre mère qui note tout partout chaque jour sur des bouts de papier pour essayer de se rappeler des choses plus ou moins importantes du quotidien. Et dont le médecin traitant (comme les précédents depuis deux ans) trouve que tout va bien, surtout sa tension qui a baissé.

Mais l'on vient de découvrir un fait clinique touchant la maladie d'Alzheimer dont nous voulons faire profiter la communauté scientifique : certains malades d'Alzheimer (notre mère par exemple) ne se rappellent plus ou` ils ont rangé leurs affaires, accusent leurs proches et leurs femmes de ménage de leur voler de l'argent ou des papiers mais EN MEME TEMPS sont tout a` fait capables de vendre vos affaires personnelles en douce et de garder l'argent pour eux.
C'est ce que vient de faire récemment notre mère.



 Sitôt que nous avons le dos tourné, elle vend des affaires nous appartenant. Et pas des petits trucs : récemment, elle a vendu notre imprimante quasi-neuve a` des voisins. Enfin, a` des amis des voisins. A la soeur d'une guérisseuse amie des voisins ou quelque chose comme cela.
Déja`, ce qui nous étonne, c'est que des gens honnêtes ne se posent aucune question lorsqu'une personne de 85 ans vient leur proposer une imprimante quasi-neuve avec des cartouches neuves pour 30 euros alors qu'ils savent parfaitement que ma mère ne sait pas se servir d'une imprimante, ni d'un ordinateur. Tout juste de la télé.
Et puis, 30 euros seulement, cela aurait pu les interpeller, non ?
Bah non, pour eux, c'était simplement une bonne affaire. Le recel de biens volés, ils ne se sentent pas concernés.



 Bon, alors, on interroge notre mère :
"Tu vends mes affaires maintenant sans m'en parler ? Tu avais déja` voulu vendre ma chaîne hi-fi, mes CD, quelques-uns de mes livres les plus précieux, mon micro-ondes, ma petite table basse en teck mais la`, tu as fait fort : vendre mon imprimante. Et seulement pour 30 euros !
- Je ne me rappelais plus si tu voulais la vendre ou pas.
- Un ordinateur sans mon imprimante ni le scanner qui va avec ne me servirait pas a` grand-chose. 
- Et puis, j'avais besoin d'argent.
- Avec 30 euros, tu ne vas pas aller bien loin. Et d'ailleurs, ces 30 euros m'appartiennent car c'était MON imprimante. Quant a ` ton argent, tu le gaspilles depuis des années dans des achats inconsidérés et/ou inutiles ou en le donnant pendant des années a` un voisin qui faisait des menus travaux au noir mais qui surfacturait plein pot.
- Oui, mais ce mois-ci, je devais payer un arriéré plus la taxe d'habitation et le foncier. C'est d'ailleurs pour cela que je n'ai rien pu t'offrir pour ton anniversaire.
- Tu pourrais au moins me donner mes 30 euros pour que je puisse me racheter une imprimante. Et j'espère que tu ne vends pas d'autres choses m'appartenant a` chaque fois que j'ai le dos tourné ou que je m'absente".

(pas de réponse)



 Nous venons donc de faire une découverte scientifique majeure : certaines personnes frappées par cette terrible maladie d'Alzheimer ne se rappellent plus ou` elles ont rangé leur agrafeuse, par exemple (voir notre article précédent sur le sujet) et accusent les autres de l'avoir volée mais se rappellent parfaitement quelles sont vos affaires, ou` sont vos affaires et a` qui les vendre.
Nous espérons que les revues scientifiques les plus prestigieuses vont nous contacter le plus vite possible pour que nous puissions publier un article relatant notre découverte.



 Sur l'image ci-dessus, il y a une phrase erronée : "une maladie dont on ne se préoccupe pas assez."
Ce ne sont pas des malades d'Azheimer dont il faudrait parfois s'occuper mais de leur famille. Car la famille est en bien plus grand danger que les malades d'Alzheimer puisque ceux-ci, officiellement, ne se rendent pas compte de leur état (quoique nous ayons un doute) : les proches risquent de devenir fous, de devenir dépressifs ou de devenir pauvres si les malades d'Alzheimer se mettent a` vendre tout ce qui leur appartient.



 On résume : 
- on a de moins en moins d'affaires personnelles puisque notre mère les vend aux voisins, aux amis des voisins ou dans des vide-greniers.
- on n'ose plus s'absenter trop longtemps pour aller voir des amis ou de la famille. Ou alors, pas a` plus de 5 km.
- plus on connaît les voisins, plus on trouve que la maison de notre mère n'est pas encore assez isolée (et pourtant, Mesquer, c'est un bled totalement paumé).
Mais, mais, nous avons fait une découverte scientifique majeure. Par contre, si quelqu'un veut plus de détails, il faut qu'il attende qu'on rachète une imprimante pour pouvoir lui imprimer ou lui faire des photocopies concernant cette extraordinaire découverte  qui révolutionne notre connaissance d'Alzheimer : "Ce qui est a` toi est a` moi."



 Nous nous posons néanmoins une question (scientifique) :  cette phase de la maladie d'Azheimer est-elle une phase intermédiaire ou la phase terminale ?







PS : petite précision. Concernant notre imprimante, nous avons deux témoins qui viennent de nous faire une attestation écrite a` notre demande.




















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

MON POISSON TOUT JUSTE ACHETÉ SENT L'AMMONIAC : C'EST GRAVE DOCTEUR ?

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?

CORONAVIRUS : LES PARISIENS SONT PARTIS EN VACANCES !