LA BAULE : LES COMMERCES QUI MARCHENT ET CEUX QUI MARCHENT MOINS BIEN

"Chris, si vous êtes élu Maire de La Baule en 2020, que comptez-vous faire pour aider les commerces baulois ?
- Je ne comprends pas bien la question.
- Qu'allez-vous faire pour redynamiser le commerce a` La Baule ? Pour faire venir les entreprises ?
- Ah ! Comme cela, je comprends mieux. Car ce n'est pas a` une municipalité d'aider directement des commerces ou des entreprises. Nous vivons dans une économie libérale. On ne peut pas déplorer l'assistanat des classes populaires et revendiquer l'assistanat des entreprises.
- Que voulez-vous dire ?
- Soit on vit dans une économie libérale et on laisse faire la loi de l'offre et de la demande, soit on est socialo-communiste et on intervient directement dans l'économie. Moi, je suis pour l'économie libérale. Donc, contre l'intervention d'un Maire directement dans les affaires économiques (aides directes ou indirectes, subventions, exonérations de charges, etc). Mais faire venir plus d'entreprises et favoriser leur venue par des infrastructures adéquates sont des actions qu'un Maire se doit d'accomplir.
- Parlons tout d'abord des commerces (et des entreprises) qui marchent et de ceux qui marchent moins bien : que comptez-vous faire pour les commerces qui marchent moins bien que les autres ?
- Rien !
- Rien ??





- Oui, rien ! Car j'ai constaté que les commerces qui "marchent" bien, comme vous dites, sont des commerces qui répondent parfaitement aux besoins de leurs consommateurs potentiels : produits, services, accueil, horaires d'ouverture, disponibilité, rapport qualité-prix. Et que ceux qui marchaient moins bien ne répondaient pas a` la loi de l'offre et de la demande : offre de produits inadéquate, horaires et jours d'ouverture inadaptés, emplacement inadéquat, prix inadéquats, etc...
- Donc, les commerces qui marchent moins bien ou pas du tout a` La Baule, c'est de leur faute ?
- Dans une économie libérale, oui. J'ai constaté maintes et maintes fois que les commerçants qui se plaignaient tout le temps n'étaient pas les mieux placés pour le faire.
- Ah bon ?
- Oui. J'ai de nombreux exemples sur La Baule de commerçants qui se sont installés sans faire d'étude de marché sérieuse au préalable, qui se sont installés pour "se faire plaisir".
- Pour se faire plaisir ?
- Oui. Pour ouvrir un commerce qui leur plaisait. On n'ouvre pas un commerce juste pour se faire plaisir. On ouvre un commerce pour répondre a` des besoins. Si on peut se faire plaisir en ouvrant un commerce, tant mieux, mais cela ne doit pas être la raison principale. Et parmi les commerces ouverts sans études de marché préalables, j'ai constaté également que ces commerces accumulaient les erreurs marketing et les erreurs de positionnement : offre de produits et/ou de services pas ou peu adaptés a` la demande, horaires d'ouverture fantaisistes (pas avant 10 h 30 le matin, pas ouverts les jours fériés et les dimanches pendant la période estivale, pas ouverts lors de manifestations qui drainent une foule importante comme le Pardon de La Baule par exemple).




- Et qui se tournent ensuite vers la municipalité en se plaignant que celle-ci ne fasse rien pour eux ?
- Exactement. Ils veulent que ce soit la ville de La Baule qui rectifient leurs erreurs. Ils demandent a` celle-ci de les aider mais ils seraient les premiers a` se plaindre si la municipalité leur imposait des contraintes (d'ouverture par exemple). Le beurre et l'argent du beurre ! Un peu facile. Et peu professionnel comme comportement.
- Mais il faut reconnaître que l'avenue de Gaulle est favorisée par rapport a` l'avenue Lajarrige par exemple !
- Favorisée en quoi ? L'avenue Lajarrige est propre, rénovée et bien entretenue. Les touristes ont pris l'habitude depuis longtemps d'aller directement dans le centre-ville de La Baule et donc, dans l'avenue de Gaulle. Vous ne pouvez pas obliger les estivants a` emprunter un circuit obligatoire. De plus, je n'ai pas l'impression que les commerces de l'avenue Lajarrige ne "marchent" pas bien. Les bureaux de tabac-librairie, les commerces d'alimentation, la pharmacie, certains commerces d'habillement, pour ne citer qu'eux, sont la` depuis des dizaines d'années et comptent parmi les entreprises les plus performantes de La Baule. Certains sont mêmes parmi les plus performants de France dans leur secteur. Ouvrir un commerce avenue Lajarrige n'est donc pas un handicap. Il faut juste ouvrir le "bon" commerce, celui qui réponde aux besoins de la population du quartier et des résidents secondaires. C'est tout.




- Passons maintenant a` la politique économique de la ville de La Baule. A l'encouragement aux entreprises a` venir s'installer a` La Baule.
- Ca, c'est autre chose. Un Maire se doit de rendre sa ville attractive économiquement. Et La Baule, ville touristique mais concurrencée par d'autres villes et d'autres pays en ce domaine, se doit de diversifier ses activités pour assurer la pérennité de son économie a` moyen-long terme.
- En faisant venir des industries ?
- Certainement pas ! En faisant venir des entreprises novatrices dans le domaine des services. La Baule, de par sa situation, ne sera jamais une ville industrielle. De plus, cela n'est pas souhaitable. Mais des villes de la Côte d'Azur ont su attirer des entreprises de services, notamment dans les nouvelles technologies (informatique, SSII, start-up, etc...)
- Mais La Baule le fait déja` !
- Ah bon ?
- Oui. Le bâtiment des pensions de l'Education Nationale a été transformé en business center. Depuis 2015.
- Je ne savais pas.
- Vous plaisantez ?




Bâtiment des pensions - photo LBMV

- Non.
- Cela a été annoncé dans toute la presse locale en 2015.
- Et alors ?
- Alors, c'est le nouveau business center des nouvelles technologies a` La Baule.
- Vous vous fichez de moi ?
- Non. Il y a des entreprises qui s'y sont créées.
- Et ce business center est rempli d'entreprises high-tech ?
- Je n'ai pas dit cela. J'ai dit que c'était en bonne voie.
- Depuis quand ?
- Depuis 2015.
- Personnellement, je pense que c'était une erreur d'utiliser ce bâtiment des pensions.
- Pourquoi ?
- Parce qu'il est vieillot et qu'il ne correspond pas a` un style d'endroit ou` des entreprises high-tech voudraient avoir envie de s'installer. Moi, si je deviens Maire, je créerai un endroit spécifique et "moderne" pour les nouvelles entreprises. Pour qu'elles bénéficient d'un emplacement et d'un cadre valorisant et attractif.
- Et qu'est-ce que vous ferez du bâtiment des pensions ?
- Je n'en sais rien. Peut-être un immeuble d'habitation. Ou autre chose.
- Comment cela "vous n'en savez rien" ?
- Oui, pour l'instant, je n'en sais rien. Je ne suis pas du genre autocratique. Je ne suis pas du genre a` vouloir décider de tout tout seul. Si je suis élu Maire, j'écouterai ce que les Conseillers Municipaux diront, ce que l'opposition dira et ce que les acteurs économiques diront. Et plus on sera a` discuter de ce sujet, plus il risque d'y avoir des idées intéressantes et novatrices. Et donc, des solutions.




- Si je résume votre pensée et votre ligne directrice concernant votre action économique en tant que futur Maire de La Baule, c'est : assistanat économique et immobilisme, non. Diversification et innovation économique, oui.
- Dit rapidement, oui, c'est cela."
























Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

MON POISSON TOUT JUSTE ACHETÉ SENT L'AMMONIAC : C'EST GRAVE DOCTEUR ?

LA BAULE : 10 CHEVAUX SUR LA PLAGE = 200 CHIENS !

PLAN DE CIRCULATION A LA BAULE PENDANT LE TOUR DE FRANCE : TOUS LES DÉTAILS !